www.percunivers.com

les gestes

les gestes

Dans ce chapitre :

Après avoir parcouru ces notions de bases, prenez votre premier cours de batterie dans les pages des leçons. Vous pouvez choisir une leçon ou un itinéraire.

les différentes tenues de baguettes

La première prise de baguette doit rester très naturelle. Prendre la baguette, rectifier si la position est trop mauvaise. La prise de baguette dite de timbalier du fait de sa symétrie et pour une raison de commodité est la plus utilisée quel que soit le style joué. Elle permet notamment des déplacements plus aisés sur la batterie. Malgré cela la prise tambour reste très prisée de certains batteurs notamment des batteurs de jazz, elle procure alors plus de sensibilité et la masse musculaire mise en jeu est plus importante ce qui permet de partiellement gommer le déséquilibre entre les deux mains.

Prise tambour (Traditional Grip)

Le tambour quand il est joué en marchant est incliné, la position de la main gauche permet de s'accommoder de l'angle du tambour. Pour le détail de la tenue main droite voir la prise timbalier.

Tenue de la main gauche

tambour main gauche

  1. Laissez reposer la baguette dans le creux que forme la base du pouce et de l'index. Le bout de la baguette dépasse de 3 à 4 centimètres.
  2. Placez votre annulaire et auriculaire (petit doigt) sous la baguette.
  3. Posez la baguette au bout de votre annulaire (sur la dernière ou avant dernière phalange). La baguette est maintenant en équilibre posée dans le creux du pouce et de l'index et, sur l'annulaire.
  4. Passez votre index et votre majeur au-dessus de la baguette de façon à ce que le pouce puisse toucher l'index.
  5. Le pouce l'index et le majeur doivent bien passer au-dessus de la baguette car c'est par eux que passe l'énergie nécessaire au déplacement de la baguette.
  6. Le coup de poignet est donné en effectuant le même mouvement que si vous tourniez une clef dans la serrure d'une porte.

Prise timbalier(Match Grip)

Tenue main droite et main gauche

Pour la position exacte de la main deux cas de figure se présentent :

En pratique je joue plutôt paume de la main vers le sol sauf pour jouer la cymbale ride ou je joue paume verticale pour mieux profiter de l'action des doigts.

La baguette repose dans le creux de la première et la deuxième phalange de l'index et entre le gras du pouce (voir le point de rebond). Tous les autres doigts se posent naturellement sur la baguette, sans serrer fort. Laissez un petit espace entre le pouce et la base de l'index.
timbalier : profil timbalier : dessus

^retour^

le point de rebond

Le point de rebond c'est le point sur la baguette qui permet un maximum de rebonds le plus librement possible. Suivant le type de baguettes utilisées celui-ci se trouvera plus en avant ou plus en arrière du tiers de la baguette.
la pince

  1. Tenez votre main verticale comme si vous serriez la main à quelqu'un (pouce vers le haut, paume de la main sur le côté).
  2. La pince: tenez la baguette entre le plat du pouce et la dernière phalange de l'index sur le point de rebond de la baguette. Le bout du pouce doit bien se trouver au même niveau que l'index, ni devant ni derrière, sinon le point de rebond ne jouera plus son rôle.
  3. Lorsque la main est verticale le pouce doit se trouver bien à la verticale de la baguette pour un meilleur contrôle du rebond et de l'énergie
  4. Les autres doigts doivent enrober la baguette. Ne laissez pas votre main ouverte ou ne levez pas votre petit doigt. La baguette doit être tenue fermement mais sans crisper.
  5. Dans un premier temps jouez paume de la main sur le côté. Le contrôle du pouce et des doigts est plus fin, puis essayez paume de la main vers le sol, pour faire intervenir le poignet.
  6. Le coup est donné par un mouvement vertical du poignet et en serrant les doigts.
  7. Assurez-vous que le déplacement est quasi vertical.

^retour^

les principaux types de frappes

Les frappes décrites ci-dessous ne sont pas là par hasard. Il s'agit de prendre conscience que la batterie c'est en partie l'étude du geste. On pourra se servir de la suite comme d'un exercice d'échauffement en mettant l'accent sur les différences mécaniques mais aussi sur les différences de sensations, de touchés et de sonorités. Ce travail peut se faire conjointement au travail des méthodes comme Stick Control et les gammes des méthodes Agostini. A travailler devant un miroir.

Dans tous les cas la première chose à ne pas négliger c'est l'impulsion. La première partie du geste, celle qui emmène la baguette jusqu'à la peau, est essentielle. Tout ce qui va arriver après dépend de la qualité de cette impulsion. Celle-ci doit-être franche et tonique. Il faut y mettre de la conviction.

Premier type de frappe

type1 Les coups sont joués avec le poignet. Il s'agit d'un geste plein, la baguette démarre du point haut (1), heurte la peau (2) et remonte (3) toujours sous l'action du poignet sans aide du rebond.








Second type de frappe

type2 Le blocage. Les coups sont joués avec les doigts. Le geste démarre du point haut (1), main ouverte, les doigts se referment, la baguette heurte la peau, la main reste fermée pour bloquer la baguette prés de la peau (2). Cette frappe est souvent associée au poignet pour la première partie du geste.








Troisième type de frappe

type3 Il s'agit du rebond, le premier coup est donné à partir d'un point haut (1)et les doigts entretiennent le rebond naturel (2) de la baguette sur la peau.








Quatrième type de frappe

type4 Il s'agit du buzz-roll ou roulement écrasé. On presse et écrase la baguette contre la peau pour obtenir un nombre indéfini de rebonds très serrés (1). Le pivot se fait au niveau du coude. Le poignet reste rigide.








Cinquième type de frappe

type5 Même principe que le premier mais la baguette démarre du point bas (1), se relève (2)et revient à son point de départ (3).








Sixième type de frappe

type6 Première partie du geste du Buzz-Roll. Le poignet reste rigide et les doigts tiennent fermement la baguette (1), l'avant-bras lance l'ensemble (2).








Septième type de frappe

type7 Ce coup se rapproche du coup de fouet, au départ c'est l'avant-bras qui lance le geste (1), le coude monte en s'éloignant du côté du corps le poignet resté souple accompagne celui-ci (2) et les doigts finissent en se refermant (3).








Huitième type de frappe

type8 Doigts, poignet, avant-bras et bras libérés de toutes tensions (1) peuvent être lancés à partir de l'épaule (2), les doigts finissent (3). Il s'agit d'un geste très ample et très puissant.








^retour^

premiers gestes

Prenons l'exemple du ballon de basket.
Observons un ballon de basket que nous projetons vers le sol. Pour qu'il rebondisse il faudra lui imprimer une force à chacun de ses passages entre nos mains. Si nous augmentons l'intensité de cette force, la distance de sa course sera plus grande ou si nous maintenons cette distance constante il mettra moins de temps à nous revenir entre les mains. Inversement si nous diminuons cette force le ballon mettra plus de temps à nous revenir et, la distance de sa course diminuera.

Dans cet exemple trois paramètres se dégagent : le temps, l'espace et l'énergie.

pad Les petits exercices suivants, comme tous les autres exercices de technique, pourront se jouer sur la caisse claire ou sur un pad d'entraînement. Et, surtout, ils devront être joués devant un miroir, pour veiller à une exécution parfaite des gestes.

La variation des trois paramètres que sont : le temps, l'espace et l'énergie, permettent une palette sonore très riche. Il est bon de toujours garder en tête ces trois paramètres pour comprendre et résoudre certaines difficultés de l'instrument, et pour toujours éprouver du plaisir à jouer.


^retour^

E-MAIL

accueil | leçons | notation | Iitinéraires | gestes | articles | boutique | voyage | médias | faq | IRC | plan | RSS

creative commons licenses

creative commons by creative commons no commercial creative commons no derivative